AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [HISTOIRE] Les Fêtes de la Réconciliation

Aller en bas 
AuteurMessage
Assahab
Grand Commandeur
Assahab

Nombre de messages : 778
Age : 51
Localisation : Auprès de la Marque, en tout temps
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: [HISTOIRE] Les Fêtes de la Réconciliation   Mer 4 Avr - 13:15

Notes personnelles d’Ypsïon Pilun Al’Boran Al’Saelia, Négociant de la Plume
Six Cent Quatre-Vingt Septième Année de la Fondation
Quatrième Lune
Quelques jours avant la publication du Nouveau Livre des Sept Fondements




Strom, Sixième Jour de la Plume.


Le temps est encore à la pluie aujourd’hui. Encore une fois, la journée fut plus sombre qu’une nuit de pleine lune. Où que l’on scrute le ciel, l’on n’aperçoit que de noirs nuages crachant infatigablement leur triste humeur. Après deux semaines de déluge ininterrompu, la boue s’est définitivement emparée des routes. Le marché des guildes confédérées doit se tenir dans trois jours, et plus de la moitié des négociants et de leurs produits ne sont pas encore arrivés à Strom. Les nouvelles qui nous parviennent ne sont guère engageantes : les chevaux sont las, les charrettes s’enlisent tous les trois pas, les pavés se déchaussent. Les messagers se succèdent et apportent invariablement les même récits d’équipées en perdition. Les demandes d’aide affluent, naturellement.

Et naturellement, rien ne sera fait !

A quoi servent encore les Quatre Familles… Que font-ils donc, ces dignitaires drapés de leur prétendu honneur, clamant leur volonté farouche d’aider les sujets du Royaume ? Y a-t-il une tâche suprême qui les retient loin de leurs devoirs ? Non ! Les faits sont déplorables…

Ils attendent ! Depuis les premières caresses de l’aube jusqu’aux derniers rayons du soir !
Ils attendent ! Plus de deux années ont passé depuis le Consistoire, depuis qu’on nous à promis l’improbable en échange de la paix… Que le Néant Distordu les emporte tous !
Ils attendent, attendent encore, attendent inlassablement, attendent à en crever ! J’aimerais en sourire, mais ce sont des larmes de rage qui mouillent mes lèvres.


*Une abondante tâche d’encre couvre ici une bonne partie de la page*


Je viens de briser une nouvelle plume, et elle provenait de la meilleure des oies… A ce train-là, nos partenaires déjà méfiants se détourneront définitivement de nous… Tant d’années à négocier, à établir des routes commerciales privilégiées, et voilà que l’inaction démolit tout… Nous garantissions la sécurité des voies autrefois, et il n’était pas un arpent de pavé qui n’était protégé par une patrouille de l’Epée. Le brigandage a de belles années devant lui à présent. Les marchands ont peur et ils sont de moins en moins à risquer le voyage vers la Capitale. Les prix explosent alors même que nous disposons de tout en abondance… Et que font nos glorieux Hommes d’Armes ? La plupart errent ou patrouillent dans la cité en se refusant à toute action en dehors des Murs. Ceux qu’on nomme encore Les Dissidents sont généralement rassemblés au Mess et ne le quittent jamais. Leurs lances rouillent aux encoches des râteliers. Cela ne peut plus durer.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------


La colère a pris le pas sur l’étiquette, et je m’en suis allé les voir. Je les ai exhortés à user enfin de leurs forces pour sortir les marchands des ravins, amener le bétail à bon port, déblayer les gravats pour rendre certaines parties praticables. Je n’ai eu en réponse qu’une moue dubitative et un refus poli mais ferme. Ils ne feront rien ; ils se lèvent, jouent aux dés ou à la Vétille, mangent ou rient, se servent des discours ampoulés sans queue ni tête, engraissent comme des porcs dans leur fange d’oisiveté. Aux rares qui osent les rappeler à leurs devoirs, ils répondent qu’ils attendent la Lumière sait quoi et que seul le tocsin du tout nouveau Dôme déjà élevé en l’honneur d’Anmar les fera quitter cette attente.

La Grande Rupture a ébranlé le commerce, mais l’indolence générale va finir de le ruiner. Ce sera d’abord l’inconfort, et puis ce sera la famine. Nous devrions redoubler d’efforts, regagner la confiance de tous ceux qui nous ont vu lutter pendant des lunes à cause de sombres inepties…Mais non, tous attendent, tous scrutent l’Aile de l’Essence… Ils doivent croire certainement que les Titans eux-même en sortiront pour enfin libérer leurs esprits des brumes qui les perdent. J’y suis passé rapidement, à mon retour du Mess. Aucune nouvelle fraîche…Exactement comme hier. Exactement comme la Lune dernière. Exactement comme demain ! Les fenêtres sont closes, les portes ne laissent traverser que quelques domestiques qui ne disposent d’aucune information tangible. Ces fous couvrent leur inconséquence d’un un voile de silence. Il y a plus de deux ans à présent que s’est tenu le Consistoire, plus de deux ans qu’Anmar a éveillé un espoir insensé dans les cœurs de tous, et plus de deux ans enfin qu’il ne s’est plus rien passé du tout…


--------------------------------------------------------------------------------------------------------


J’ai croisé le Capitaine Han. Il avait l’air si guilleret et son sourire me semblait si déplacé, à moi qui saignais à force de mordre mes lèvres de colère, que je l’ai interpellé. Apparemment, Guilin, un jeune novice lui aurait laissé entendre que le Méta-Fondement était presque entièrement rédigé, que ce n’était qu’une question d’heures. Il en bénissait les cieux, le malheureux. Je ne me suis pas attardé dans les couloirs et me suis enfermé à double tour dans mon petit bureau. Tous ceux que l’avais croisé arboraient une mine niaise et mielleuse, tous murmuraient le nom de Monseigneur Dris, Arcaniste de l’Essence. Faut-ils que leurs principes les aveuglent à ce point ! De telles annonces, il en vient toutes les deux lunes, et leur contenu est insensiblement le même. De sorte qu’il faut être sot ou totalement fou pour y croire. Mais au lieu de s’en défier, voilà déjà que tous frétillent d’impatience, que tous glorifient cet Anmar qui se cloître dans ses bureaux avec quelques-uns de ses pairs… L’on ne sait même pas combien ils sont, et c’est à se demander ce qu’ils font. Allons, un Fondement, aussi nouveau soit-il, ce ne doit tout de même pas être bien long à rédiger… Une courte phrase sibylline dans l’Ancienne Langue, et le tour est joué. A peine la Plume a-t-elle besoin d’être trempée dans l’encrier, à peine quelques secondes que déjà tout est dit, et cela vous occupe l’Essence pour plusieurs siècles.

J’en trépigne d’exaspération. Puisque tous se glorifient d’attendre, j’irai moi-même soutenir les quelques courageux qui pensent à vivre encore. J’ai préparé mes bottes et le plus épais cuir que j’ai pu trouver pour me couvrir. Mais je n’ai guère d’espoir : la pluie m’aura transpercé avant qu’une heure ne soit passé. Il nous faut apporter soutien à tous ceux qui sont sur les routes… J’ai convenu avec mes fidèles compagnons Obius et Philandrii que le premier emprunte la Voie Australe et que le second prenne les chemins escarpés qui mènent aux montagnes. Je suivrai moi-même la Grande Route, par-delà les hauteurs de Talawïn et la Grande Forêt du Nord. Il me faut préparer mes paquetages et flatter ma vieille mule, pour qu’elle accepte de porter vêtements et provisions. J’amènerai avec moi autant de réconfort et de courage que je puis en soutenir. La vertu ou l’ordre ne sont plus qu’un mot au sein des Quatre Familles… Je dois me hâter, il reste beaucoup à faire, et je veux partir avant les premières lueurs de l’Aube.

...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quatretours.positifforum.com
Assahab
Grand Commandeur
Assahab

Nombre de messages : 778
Age : 51
Localisation : Auprès de la Marque, en tout temps
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: [HISTOIRE] Les Fêtes de la Réconciliation   Mar 29 Mai - 16:12

Grande Route, Septième jour de la Plume.

Par précaution, j’avais mandé l’avis des Maîtres de la Fondamentale, hier soir. Ils m’ont promis une amélioration notable du temps aujourd’hui. Bien évidemment, comme à leur habitude, ils se sont trompés ! Les Anciens Trolls les emportent ! Mieux vaut s’en remettre à la Lumière plutôt qu’à leurs élaborations métalliques compliquées et ridicules qui ne donnent aucun résultat…

La pluie bat donc Arathor, les terres sont gorgées d’eau, et j’ai avancé à pied le plus clair de la journée. Pacifique glissait sans arrêt et a failli se briser le cou à plusieurs reprises. J’ai tout d’abord croisé Dahg au milieu d’une petite combe, à moins de trois kilomètres de Strom. Le soleil grimpait alors lentement le long des arbres. Ses bottes étaient détrempées et il avait préféré quitter ses vêtements gorgés d’eau plutôt que de se risquer à attraper la Sifflante. Il avait perdu la moitié de sa cargaison deux jours auparavant ; son équipage entier avait failli verser dans un ravin. Son humeur était à l’image du ciel, exécrable, et j’ai prêté l’oreille de bonne grâce pour recueillir ses plaintes.

« Qu’attendent donc nos dignitaires, que nous mourrions noyés par cette méchante pluie ? Certains ont déjà rebroussé chemin devant le peu d’aide que nous avons reçu… Toi, continue ton chemin, tu en trouveras d’autres derrière moi, aussi courageux que désespérés. Firaël, à une demi-journée d’ici est définitivement bloqué, l’un de ses essieux est brisé, mais il refuse d’abandonner ses bêtes. Mais dis-moi, Pourquoi l’Epée n’aide-t-elle pas ? .Je croyais les divergences enfin résolues… Sont-ils encore à se quereller sur des questions ineptes de philosophie… Ces Six Fondements sont décidément une lie désuète qu’il faudrait éponger pour enfin éclairer les esprits de tous…Pourtant on les garde, on s’y réfère, on les vénère, on attend, on attend toujours… Nous, nous pourrissons dans la boue. Un Méta-Fondement, hmm ? Voilà une belle formule, voilà qui est éloquent et pompeux. Un beau stratagème en vérité, qui contente tout le monde et ne résout rien.

La Lumière les garde, les négociants et certains dignitaires de la Plume ont repris en main les tâches les plus urgentes, et sans vous nous aurions déjà cherché notre salut ailleurs qu’au sein des Quatre Familles depuis longtemps… Mais les autres, ces idiots de l’Epées, ces vieillards de la Balance…Bah sais-tu au final comment tout ceci finira ? Ils attendront, quelques Lunes encore, et une fois lassé, chacun reprendra le cours de ses activités. Et rien n’aura changé. Et un jour un illuminé se prendra de passion pour un de ces vieux discours qu’un fou du Conseil des Sages aura déclamé, et s’en servira pour justifier un bain de sang, et ce sera une nouvelle Rupture… Allons Ypsïon, on a besoin de toi, plus loin, la montée vers les Grandes Portes est délicate et la descente depuis Talawïn périlleuse. Va, on voit déjà les lueurs de la Cité d’ici, et je suis presque au bout de mes peines. Il est bon de voir que quelque uns se soucient encore de nous …


J’ai acquiescé, lentement, et lui ai fourni quelques vêtements en cuir imperméable, deux bouteilles d’alcool et l’ai laissé derrière moi, sur le chemin. Qu’ils manquent de sagesse, ceux qui se disent Sages parmi nous… Qu’ils cessent donc de se bercer d’illusions, rien de sortira de cette Tour, et rien d’autre ne viendra d’Anmar qu’un discours creux. Vers la fin de la journée, après avoir rencontré nombre d’autres marchands et récolté les mêmes reproches, j’ai atteins Firaël et sa femme, Anha. Sa carriole imposante gisait piteusement au milieu des pavés, et les caquètements plaintifs et stridents de la volaille qui s’y trouvait empilées dans des cages d’aciers étaient insupportables. Il aurait fallu une demi-douzaine d’homme pour relever la voiture, et dans ce déluge les voyageurs se faisaient rare. Grelottant de froid, misérable, Firaël m’apprit que plus personne ne se trouvait a priori derrière lui. Je lui ai promis qu’une aide viendrait aussi vite que possible, mais je n’ai su vaincre l’incrédulité de son regard et à vrai dire mon cœur n’y croyait guère plus, et ai distribué au couple quelques provisions. Demain, je reviendrai sur mes pas.

Quelle honte pour les Quatre Familles de laisser ainsi de fidèles sujets ! J’enrage, Anmar soit-il maudit!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quatretours.positifforum.com
 
[HISTOIRE] Les Fêtes de la Réconciliation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ordre des Quatre Tours :: La tour de la Plume :: Le Grand Hall de la Plume :: Les Archives Anciennes-
Sauter vers: