AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Funérailles de War

Aller en bas 
AuteurMessage
Gerssandre
Commandeur de la Plume


Nombre de messages : 347
Localisation : A côté d'un petit chat blanc
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Funérailles de War   Ven 6 Juil - 12:46

An 2747 de la Fondation.
Septième Lune
Cinquième Jour de l'Epée


Un parfum particulier flottait au sein du Temple de la Lune en ce jour si spécial pour l’Ordre. Gerssandre avait pris place très tôt, priant avec ferveur devant l’imposante statue de la Déesse Eulune, profitant d'une intimité toute relative.

Absorbée par le flot torrentiel de pensées et prières réservées à son amie Welma, elle ne remarqua pas le couple de jeunes elfes batifolant langoureusement dans le bassin sacré, baignant dans l’irrespect le plus irrévérencieux.

Gerssandre fut tôt rejointe par le Grand Commandeur, qui s’installa discrètement à ses côtés, respectant avec solennité la détresse froide de la jeune femme. Dame Kaori, ainsi que la Comtesse Zaikaina, toutes deux très émues s'invitèrent ensuite dans ce cercle de prière, dans ce silence emprunt d'émotion.

Le Grand Commandeur esquissa un petit geste discret, signifiant le début de la cérémonie. Tous se levèrent et se dirigèrent vers la majestueuse porte d’entrée du temple.

Là les attendaient, dans un recueillement coi, habités d'une intense compassion, nombre de leurs pairs et amis. Le Grand Commandeur et Gerssandre purent apercevoir la Grande Inquisitrice, Aerth, Elyze, Trunkenbold, Moroana, le Haut Commandeur Drinian, le Chambellan Javed et Kies, ces trois derniers étant de l’Ordre de la Main d’Uther, ainsi qu’un félin immobile et impassible. Ekhiras, brimé par sa timidité, se tint légèrement à l’écart.

La cérémonie débutait, le corps de Welma, immobile dans son cercueil, entamait son dernier voyage porté par des épaules amies. Tous se retrouvèrent au Repos des Âmes de Darnassus.

[HRP] petite remarque HRP qui disparaitra par un edit magique... nous refaisons ici la cérémonie en respectant l'ordre qui a eu lieu hier. Assahab va poster son discours puis Gerssandre puis Silfredas. On fera ensuite une entorse à la réalité d'hier pour permettre à Ekhi d'intervenir car il le souhaitait plus que tout. Vous pourrez ensuite vous recueillir également, à l'instar d'hier. Bonne rédaction et bonne lecture [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Assahab
Grand Commandeur
Assahab

Nombre de messages : 778
Age : 51
Localisation : Auprès de la Marque, en tout temps
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Funérailles de War   Ven 6 Juil - 14:52

Le Porteur de la Marque s'arrêta au seuil du haut cintre qui délimitait l'entrée du Temple de la Lune. Lentement, avec minutie, il réajusta la ceinture soutenant l'épée d'apparat qu'il portait à sa gauche. Le contact de la lame le fit trembler insensiblement. L'intérieur de l'imposant bâtiment était baigné d'une lueur diffuse et violacée qui se réverbérait dans la magnifique fontaine centrale. Quelques prêtres d'Elune vaquaient à leurs occupations, priant leur Dieu ou entretenant les fines ciselures des murs qui définissaient à eux seul le charme unique de l'architecture Elfique. Sur la droite, entouré de multiples candélabres à la lumière vacillante, posé à même l'herbe vivace qui tapissait le sol du Temple était posé un cercueil de bois sombre, clos. Un assistant était agenouillé à ses côtés, psalmodiant d'une voix monotone les prières darnassiennes rituelles appelant à la paix de l'âme. Au milieu de cette interminable litanie, le nom de Welma résonnait parfois, et cet écho lugubre secouait la poitrine du Grand Commandeur. L'heure de la cérémonie approchait.

Il n'était pas le premier à être arrivé sur les lieux, cependant. Au centre du Temple, agenouillée devant la fontaine, la fine silhouette du Commandeur de la Plume se dessinait devant l'eau ondoyante, parfaitement immobile. Assahab s'approcha lentement jusqu'à se trouver à côté de Gerssandre. Elle murmurait, les yeux légèrement rougis, la tête basse et la mine recueillie. C'était peut-être une prière, c'était peut-être un adieu. Il sembla que la jeune femme s'adressât alors à lui, mais la pensée qui s'était formée dans l'esprit du Grand Commandeur une seconde auparavant ne lui permettait plus d'écouter. Devant lui, trouble et déformée par les oscillations de l'eau, venait d'apparaître sa propre silhouette, sobre, toute vêtue de noire. Son visage était impassible, neutre comme à son habitude, et lui sembla trop froid à cet instant. N'aurait-il pas dû, lui aussi en cet instant sangloter, le regard gonflé par un indicible chagrin ? N'était-ce pas dans cette expression simple du désespoir lié à une perte immense que se trouvait le comportement convenable ?

Le Grand Commandeur revint à lui, Gerssandre lui parlait encore et il se contenta de hocher la tête en espérant que c'était là ce qu'il convenait de faire. A chaque moment, il pouvait entendre l'hymne funeste qu'on délivrait près du cercueil, à chaque instant l'image d'une Chancelière aux lèvres glacées et sans vie s'imposait dans son esprit.


« Galaâd Ehide Madreth »
. De la Mort surgit la Lumière. Ce mot singulier de son père lui revint en mémoire, et le réconforta.

De nombreuses personnes étaient venues, entre temps, et attendaient religieusement le début de la cérémonie. Il nota sans vraiment s'y attarder la présence de la plupart des Pairs de l'Ordre - il n'aperçut pas Ekhiras, mais le savait caché quelque part, dans l'ombre. A côté de l'entrée se trouvaient également les dignitaires de la Main d'Uther, la Comtesse Zaikaina de la Ligue d'Uther. Avec eux était également le félin mystérieux et apaisant qu'il avait rencontré le soir précédent. Machinalement, sa main se serra sur la graine de petite taille qui se trouvait au fond d'une de ses poches. Il y avait là aussi la Grande Inquisitrice, mais il évita son regard, certain d'en être par trop troublé. L'assemblée l'observait, solennelle, bruissante de murmure. La voix du Grand Commandeur ne fut qu'un murmure

« Que des bras vigoureux m'accompagnent à l'intérieur. Il est temps de conduire la Chancelière au Repos des Âmes.»

Lentement, des volontaires se dégagèrent de la foule compacte, et Assahab ouvrit la marche jusqu'au lieu où reposait encore la Chancelière. L'assistant se tut et s'écarta respectueusement, soufflant les bougies sur son passage.

Au Porteur de la Marque, le poids du cercueil parut insurmontable à soulever d'abord. Le bois sombre lui effleurait la joue, à présent que tous avaient posé la bière sur l'épaule pour mieux la soutenir. Ce contact lui inspira de la répugnance à l'idée de cette chair mortifiée qui reposait de l'autre côté, et qui n'avait de la Chancelière que les traits figés et les membres immobiles.

Derrière ceux qui soutenaient le cercueil, le cortège s'ébroua. A son passage, la foule réagissait le plus souvent avec indifférence, habituée aux malheurs ordinaires apportés par la guerre. Bientôt, les rues s'élargirent lorsque la procession au passage de la terrasse des guerriers, et les pas d'Assahab s'enfoncèrent dans le sol meuble qui s'étendait à proximité du Repos des Ames.

Les lieux étaient fort simples et prédisposaient à la méditation. Parcourant un demi-cercle, une succession de pierres ornées de cristaux brillants se dressaient sobrement, sans faste. Au centre, un trou avait déjà été creusé et la terre arrachée reposait en un tas compact à côté de lui. Le cercueil fut déposé à côté de sa future demeure et l'assemblée se plaça en cercle autour de lui. Le coeur du Grand Commandeur s'accéléra, et les regards convergeaient à présent vers lui. Ce rituel, ces funérailles, il les avait déjà vus prononcé des dizaines de fois, jadis, lorsqu'il se tenait encore poliment aux côté de sa mère. Il faisait alors partie de cette foule silencieuse et déférente devant la mort qui attendait un mot, une absolution, une parole d'espoir de l'imposant homme vêtu de noir qui se dressait là, à côté du cercueil. Les rôles étaient inversés, à présent. Assahab réprima un tremblement qui menaçait de s'étendre à toute sa main, s'éclaircit la gorge, et sa voix monta dans l'air paisible du soir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quatretours.positifforum.com
Assahab
Grand Commandeur
Assahab

Nombre de messages : 778
Age : 51
Localisation : Auprès de la Marque, en tout temps
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: Funérailles de War   Ven 6 Juil - 15:17

Citation :
Notice descriptive :

Titre : Oraison funèbre en hommage à Welma Benethar Luisaile, Plume Protectrice et Chancelière de l'Ordre.
Auteur : Assahab Thivaël Al'Bahan Al'Luhin, Grand Commandeur des Quatre Familles.
Date : A2747, 7L,5EP
Conservation : Petit Hall de la Plume, A1R2L1.


Très honorables Pairs des Quatre Familles, jeunes Acceptés, ô chers amis ici présent ce soir !

Ce soir, en cette terre de repos éternel, en ce foyer de vie millénaire, en ce berceau des Elfes, je me joins à vous tous, Quatre Familles, pour un hommage, à Welma Benethar Luisaile, Plume Protectrice, Chancelière de la Plume.
Ce soir, nous célébrons tous ensemble sa mémoire.Ce soir, notre cœur pleure, nos joues sont couvertes de larmes !
Ce soir, les Pairs fortunés qui la connaissaient creusent en eux-même le sillon amer d'une perte irréparable. Une tristesse insondable et légitime inonde nos esprits. En son temps, Anmar Dris Al'Sahib Al'Rhéa décrivait ainsi le cours de la vie :

« …Il n'est de chemin plus sinueux et plus mystérieux que celui qui mène du berceau à la tombe. Cette voie obscure serpente avec chaos et mystère au milieu de la plus épaisse et sombre des forêts.

Si personne n'ose s'en souvenir ou y penser, chacun en connaît infailliblement les deux lisières, et la première est aussi douce que la seconde est terrifiante. Pour toute Vie, la première la fait être, la seconde la renvoie au néant. Ce chemin du Devenir, nul homme ne peut en choisir la nature. Il peut cependant décider de la façon dont il l'arpente !

La multitude, effrayée par les ombres de la forêt, avance en courbant l'échine, trébuchant sur les obstacles, évitant un bourbier pour s'enfoncer dans un marécage, se cachant les yeux à deux mains pour n'en rien voir, se cachant jusqu'à sa propre nature. Sans aide, celle-là ne fait et ne peut que souffrir.

D'autres cependant, moins nombreux, relèvent la tête, d'autres osent affronter du regard le chemin qui se présente devant eux !
Ceux-là avancent courageusement au milieu des ronces qui leur écorchent le visage ! Ceux-là avancent, souffrent et meurent, avec dignité, avec honneur !

Il est une dernière race cependant, noble d'entre toutes, valeureuse d'entre toutes ! Celle-là aussi relève la tête, mais agit bien plus encore.
Celle-là, A chaque instant, façonne le chemin qu'elle parcourt, renverse les Arbres hostiles et fait pénétrer la Lumière au travers de leurs touffus feuillages !
Celle-là réserve un terrible affront à la Fortune, car elle ne plie jamais devant elle et ne la crains pas.
Celle-là découvre la nature de la seconde lisière bien avant d'y arriver, et s'y prépare avec détermination.
Celle-là, plus que tout autre, souffre dans sa chair, panse de courage ses plaies béantes, voit fondre sur elle une nuit implacable de malheur qui cherche à l'étouffer.
Et c'est la Fortune elle-même, prophétesse jalouse, qui s'emploie à l'abattre, commande des monstres grouillants qui enserrent cette âme pure dans des océans de feu, pour la consumer!

Cette race-là, bénie et respectée soit-elle. Car grâce à elle, la pérégrination de la multitude devient plus supportable,
Car grâce à elle, la foule aveugle qui la suit peut enfin entrouvrir les yeux et découvrir la Lumière,
Car grâce à elle, la souffrance d'un seul abrite la course d'innombrables autres !
Car grâce à elle, fondamentalement, l'espoir naît dans le coeur de chacun.

Cette race est celle des Fondateurs,
Elle est celle de tous les héros contés dans les Hauts Faits,
Elle est celle de la lignée Royale et celle de tout être qui se pare de vertu et d'honneur pour parcourir la sombre et inconnue Voie du Devenir !… »


Cette race est celle de Dame Welma Benethar Luisaile, que nous saluons aujourd'hui, dans un premier hommage, alors que sa vie n'est qu'un souffle qui a quitté son corps, alors qu'elle entre dans l'histoire couverte de gloire et d'honneurs!

De par ses qualités inénarrables, sa vertu et son sens du courage
Elle a été un guide,
Elle a été la Lumière qui rayonnait sur nous tous.

De par son exemple, de par sa mémoire,
Elle sera un modèle,
Elle sera la flamme qui éveillera la conscience de tous les Pairs de l'Ordre à venir.

Il n'est pas un Pair, pas un dignitaire qui ne se souvienne ou ne connaisse Arith Gauphron, Fondateur honoré des Quatre Familles.
Il n'est pas un Pair qui ne se souviendra de Welma Benethar Luisaile, première Chancelière de l'Ere nouvelle, artisane immense et inégalée de la Refondation de la Plume.

Là où la terre était désolée, desséchée,
Là où les pierres de nos murailles tombaient en poussière,
Elle a su bâtir avec honneur une citadelle respectée et influente que tous observent aujourd'hui avec respect !

Là où la diplomatie de l'Ordre était balbutiante, elle à su la relever, tournée vers les objectifs les plus nobles.
Là où les Sept Fondements tombaient dans l'oubli, elle a su au travers de ses Haut-Faits réhabiliter leur éclatante sagesse !

Ce soir, une nouvelle page s'emplit d'encre dans le long grimoire de l'Histoire de l'Ordre, pour être tournée ,conservée pour demain, pourles millénaires à venir !
Ce soir, les Fondateurs eux-même, la multitude qui a suivi avec fougue leurs Fondements, la multitude qui suivra nos propres traces, la multitude qui partageait ses convictions, ce soir tout ce que le monde a connu, connaît ou connaîtra de gens vertueux ,
Ce soir tous rendent hommage à Dame Welma Benethar Luisaile !Car elle est chacun d'eux, car nous sommes tous une partie d'elle.

Son vie se termine, mais son histoire commence à peine, à travers notre mémoire, à travers les Pairs innombrables qui chanteront ses Haut-Faits, à travers les Initiateurs qui la citeront son exemple.

Pour nous qui sommes présents, ce soir, l cicatrice douloureuse de sa perte ne se refermera jamais, pour aucun de nous. L'éclat Lumineux de sa vie passée, lui, éveillera notre cœur aux sentiments les plus nobles, à tout jamais.

**s'agenouille devant le tas de terre à côté duquel repose le corps de
la défunte, indiquant d'un geste à l'assemblée entière de suivre son
mouvement**

Dame Welma Benethar Luisaile, très chère, très chère Welma, vivante, vous étiez l'égal de chacun des Pairs, mais votre mémoire défunte nous surpasse tous, par la sagesse, la résolution, la vertu infinie qui s'en dégage. Défunte Chancelière, l'Ordre des Quatre Tours est à présent votre obligé, à tout jamais, et nourrira pour vous une reconnaissance sans bornes. Recevez à présent le salut de l'Ordre.

**Défait le col de sa chemise, laissant apparaître très nettement une
chaîne en argent au bout de laquelle pend un petit Médaillon, fait
d'un métal blanc très brillant. **

** Prend solennellement le médaillon dans ses mains, et le soulève au
dessus de la tombe, permettant à l'assemblée entière de le voir **

**Fait osciller le médaillon dans sa main, révélant sur l'une des face l'incrustation bien connue de l'insigne des Quatre Familles : Quatre Tours, dirigées vers les Quatre Cardinaux, enserré dans une étoile à Quatre Branche. A l'intérieur et autour de celle-ci son gravées des runes inconnues, différentes de celles de l'Ancienne Langue classique,
auxquels la lumière nocturne donne un éclat singulier et bleuté. **

**dépose, avec grande grande précaution, le Marque sur le cercueil, et se recueille quelques secondes**

Galaâd Dâr Welma I Dûr Anmar Dâr!
Galaâd Dâr Welma I Dûr Anmar Dâr!

**se relève**

Puisse la Lumière protéger et enserrer, à tout jamais, Welma Benethar Luisaile, ainsi qu'elle protège encore Anmar Dris Al'Sahib Al'Rhéa!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quatretours.positifforum.com
Gerssandre
Commandeur de la Plume


Nombre de messages : 347
Localisation : A côté d'un petit chat blanc
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Funérailles de War   Ven 6 Juil - 16:04

Gerssandre avait du mal à décrocher ses yeux de l'éclat de la Marque. Fallait-il vraiment qu'elle perde une amie si chère pour enfin apercevoir le symbole même de la noblesse, de la puissance et de la pérénité de l'Ordre.

Elle se mit à penser furtivement qu'elle n'avait jamais lu dans aucune archive de la bibliothèque de la Plume un cas similaire où le Grand Commandeur aurait ôté la Marque de son torse, ne fut-ce que quelques secondes... Ce geste qui pouvait sembler si banal pour un simple spectateur rendait un plus bel hommage à la regrettée défunte que n'importe quel discours, aussi sincère et éloquent soit-il.

Marquant un court temps d'arrêt, Gerssandre remit ses pensées en ordre et prit la parole, empruntant un ton solennel.

«Très chère Welma,

C’est le cœur déchiré de douleur que je viens me présenter une dernière fois à toi
Non en qualité de Commandeur de la Plume car cette fonction t’était destinée mais en qualité de disciple, d’amie et de sœur.

Je n’aurais jamais esquissé l’éventualité d’une si tragique issue quand je t’ai vue partir en campagne, l’épée au fourreau et le sourire aux lèvres. Hélas, les sombres desseins du Destin ont tissé un cruel dénouement qui nous réunit tous ici, membres de la première heure comme membres récents, dignitaires comme nouveaux acceptés, proches et fidèles comme pairs d’autres Tours ou compagnons de fortune.

Comme l’a dit avec beaucoup d’émotion notre Grand Commandeur, l’Ordre a perdu une chancelière émérite, promise à de grandes destinées, femme d’exception et alliée de choix, femme au verbe étincelant et habile, à la plume leste et enlevée, à la grâce du félin, fière guerrière et délicat compagnon.
Pour ma part, j’ai perdu une amie et une confidente : nos cœurs battaient à l’unisson, nos regards se croisaient avec malice et complicité, la même passion nous animait, ma ferveur était tienne et la tienne était mienne.

Ma vie a changé à ta rencontre, un nouvel horizon s’étant profilé. Ma vie est bouleversée par ton absence subite...d’orpheline de sang, je deviens orpheline de cœur.

L’évocation de ces trop rares moments passés ensemble, vestiges de tranches de vie d’une intensité si rare me plonge dans une détresse immense qui pose un épais voile de nostalgie sur mon cœur si tendre.
Souvenirs inaccessibles, si profonds et lointains d’une amitié si pure… j’aurais tant aimé mieux te connaître.

Une étoile s’est mise à briller dans le ciel, elle me guidera chaque instant que mon esprit s’égarera. Je ne peux qu’espérer que, un jour aussi lointain que possible, un autre astre se mettra à luire à ses côtés…

J’ai retrouvé cette prière dans des manuscrits sacrés et anciens, dans la bibliothèque de notre chère Plume. Elle prend tout son sens ici»


*se met à genou devant le cercueil de Welma*

«Dernier Adieu

Ton corps n’est plus,
Ton souffle s’est éteint,
Mais tu restes présent parmi nous !

Tu as rejoins la Lumière
Qui toujours a guidé tes pas,
Et à ses côtés tu as trouvé le repos éternel.

Pourtant, chaque rayon de soleil qui arrive jusqu’à nous,
Renferme une partie de toi,
Et chaque victoire que nous remporterons,
Sera également tienne.

Lumière céleste, Que ta clarté éternelle veille sur celui que tu rappelles à toi.»


*se relève doucement*

«Adieu, mon amie, la Plume a perdu son meilleur enfant, je glisse cette Plume délicate, signe de ton attachement entier à notre Tour, que je m’efforcerai avec Ekhiras qui t’est si fidèle et Aerth de mener dans la droite ligne que tu as su tracer.

Je place également cette graine, confiée à ton attention par un félin mystérieux au regard droit que le Destin a mis sur ma route, en signe de vie, qui accompagnera ta mémoire.

Adieu, ma sœur, tu seras toujours présente dans mon cœur, prends soin de ton âme.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silfredas
Etranger


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Funérailles de War   Ven 6 Juil - 16:13

Un buisson se mit à frémir, en léger retrait de la scène. Un Druide elfe, répondant au nom de Silfredas s'approcha timidement. Nul ou presque ne s'étonna de la présence impromptue de ce visiteur qui ne connaissait que de loin le Commandeur de la Plume et encore moins la regrettée Chancelière.

Profitant du silence que l'éloquence du discours de Gerssandre avait fait naître, Silfredas se mit à genou et prit la parole :

«Dame Gerssandre,

Vous n’êtes pas sans savoir que malgré tout le respect que devait avoir votre amie pour la Lumière, une prière à Eulune conviendrait mieux à ce triste évènement

Si vous me le permettez, je réciterai cette prière, par amitié pour celle qui vous était si proche…


Les âmes des justes sont dans la main d’Eulune et nul tourment ne les atteindra.
Aux yeux des insensés ils ont paru mourir,
leur sortie de ce monde a passé pour un malheur
et leur départ d'auprès de nous pour un anéantissement,
mais ils sont dans la paix.
S'ils ont, aux yeux de leurs pairs, connu le châtiment, leur espérance était pleine d’immortalité ;
pour une peine légère ils recevront de grands bienfaits.
Ils ont été soumis à l'épreuve et Eulune les a trouvés dignes de sa gloire.
Comme l'or au creuset, ils ont été éprouvés, Eulune a reconnu leur sacrifice et les a emporté dans sa grâce.»


Se relevant lentement, Silfredas fit quelques pas en arrière et s'éclipsa discrètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funérailles de War   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funérailles de War
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Funérailles de Freyelda et Carnil
» Registre des funérailles à Poitiers
» Des funérailles de Juliette d'Harles
» Registre des Funérailles
» Petit guide du catéchumène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ordre des Quatre Tours :: Le Dôme d'Anmar :: La salle commune-
Sauter vers: